Sur Facebook, Daniel Deriot partage quelques photos d’une manifestation sur le terrain du futur Parc Historique de Tournus avec le texte:
« Un peu plus de 250 participants à la marche pour le climat à Tournus, ce dimanche. Une manifestation aussi pour refuser le projet de Parc touristique (Eclat) à l’entrée de la ville (côté Chalon)… Aperçu des candidats aux régionales mais aussi aux départementales… »

J’ai réagi avec ce commentaire:

« C’est un peu injuste d’organiser une manifestation ‘pour le climat’, pour l’associer avec une action ‘contre le projet Eclat’. Et ensuite dire que 250 personnes sont ‘aussi’ venus pour refuser le projet. J’ai quand même l’impression que ce n’est qu’une fraction du total de ceux présents. Pour voir combien de personnes à Tournus sont vraiment prêts à se mobiliser ‘contre’ le parc historique, organisez plutôt une manifestation uniquement avec ce thème. Ceci dit… faudrait vraiment que les organisateurs du projet Eclat commencent à se bouger pour nous convaincre de la valeur de leur parc, au lieu de nous laisser dans le noir. »

Une discussion s’est déroulé, que j’aime bien pérenniser sur ce blog:

Bertrand Veau (maire de Tournus):
« Ça demande un peu de temps pour préparer des éléments consistants pour un tel projet. Si le Département présentait des éléments trop léger, ou non stabilisés : certain l’accuserait de ne pas dire assez de choses ou de changer d’avis … Un peu de patience n’a jamais fait de mal à personne à ma connaissance 😉« .

Gregor Hakkenberg (moi):

« Parfois le fait qu’on n’a pas encore des nouvelles est aussi une nouvelle. Pour éviter que tout le monde en parle sans savoir de quoi ils parlent, faudrait parfois expliquer (sur un platform plus large q’une réplique à un Hollandais lambda sur Facebook) où on en est. Vous avez sans doute des spécifications de base, des revendications sur l’impact écologique, des conditions préalables, une planification dans le temps qui pourraient calmer les esprits. Le silence est assourdissant, ce qui amène les gens (probablement à tord, mais quand même) à penser qu’il y a des trucs qu’on n’a pas le droit de savoir.
Un projet pareil, avec tellement d’impact sur notre ville et nos vies, mérite une stratégie de communication qui va un peu plus loin que: « Arrêtez de poser des questions stupides, on revient vers vous dès qu’on est prêt. »
Surtout d’une municipalité qui a été élu sur une philosophie – une promesse ! – de démocratie participatif.
Je me rappelle un certain Roche qui promettait: « On ne fait pas de décisions majeures sans vous consulter, les citoyens, au préalable. » pour ensuite faire exactement ce qui lui plaisait. De l’équipe actuelle, on attend mieux.
Pour être clair, je suis largement positif vis-à-vis du projet Éclat, parce que je crois que Tournus mérite avoir aussi une attraction plus populaire (dans tous les sens du mot) que ses trésors historiques et culturelles. Ça fera vivre davantage le tissu économique sans endommager les commerces existants.
Et populaire ne veut pas nécessairement dire ‘sans classe’. Je me rappelle les Franco Gourmandes très populaires en combinaison avec la ‘haute cuisine’ Tournusienne. Un mariage heureux.

Mais communiquez, bon sang. »

BV:

« Tu veux que je te dise :
1/ Honnêtement, depuis 1 an nous avons eu d’autres sujets de préoccupation que de parler pour ne rien dire,
2/ tant que la maîtrise foncière n’est pas finalisée, toute communication publique pourrait être illégale (risque de prise illégale d’intérêt en faisant monter le prix des terrains) »
GH:
« 1/Informer les citoyens sur un projet de cette taille dans leur ville et les impliquer dans le proces n’est pas ‘parler pour rien dire’. Ce n’est pas à vous de décider ce qui nous intéresse ou pas.
2/Le risque de prise illégale d’intérêt joue seulement si les décideurs concernés pourraient profiter d’une augmentation des prix.
Le fait qu’on veuille créer un parc historique et sur quels terrains on veut le créer a été amplement communiqué dès la première présentation. On ne peut qu’espérer que cette présentation n’était pas illégal. »
BV:
« Tu ne devrais pas affirmer des choses sur des sujets que tu ne maitrises pas. Par ailleurs, toute réunion publique est interdite depuis mars 2020 … il ne faudrait pas l’oublier. »
GH:
« Pour informer et échanger avec les citoyens il y a quand même plus de moyens que les réunions publics. Et on peut bien parler d’un projet et ses circonstances sans dévoiler des secrets sur sa taille et sa strategie commerciale.

Si seulement vous pourrez communiquer sur la façon de faire côté écologie, les avantages pour la ville, l’intégration avec le tissu économique. Vous pourrez au moins essayer de nous ‘vendre’ le projet au lieu de continuer de dire ‘popopop, ne vous faites pas de soucis, on sait ce qu’on fait’. »

Et en réponse à un autre participant de cette discussion, Bertrand Veau affirme:
« Regardez à Tournus tout ce que sommes parvenus à faire en 3 ans /

– plus d’éclairage public nocturne,
– plus de glyphosate ni de produits phytosanitaires dans les espaces publics
– Grand plan de rénovation des logements en centre-ville
– renforcement de la place de la gare et rénovation,
– programmes éducatifs dans les écoles,
– augmentation de 50% du coût des repas de cantines (pris en charge a 100% par la collectivité) en augmentant considérablement la part du bio et du local, avec introduction d’un menu végétarien pour tous chaque semaine,
– régression en douceur de la place de la voiture au profit des modes de déplacements doux,
– Création d’un marché 100% local et bio
J’en passe ..

Tout est question de méthode. On fait tout pour inclure et dialoguer là où vous divisez et vous refermez sur vous-mêmes. »

————

Intéressant, non?

À suivre…

Voir aussi, l’interview de Tournugeois Vivant avec Julien Farama (décembre 2020) sur le sujet du parc historique